Venir à la Coutellerie

coutellerie-couteaux-tisseyre


Bienvenue à la Coutellerie d’Art en Ariège à La Bastide sur l’Hers, grande région Occitanie.
Je vous invite à visiter mon atelier boutique de coutellerie d’art et découvrir mon métier. Je fabrique pour votre plus grand plaisir, des couteaux d'art utilitaires ou de collection. Du bel ouvrage, plus qu'un couteau, une œuvre d'art. Vous trouverez dans mes vitrines le couteau de vos rêves.

 

Coutellerie d'Art Couteaux Tisseyre
Jean-Paul Tisseyre, Meilleur Ouvrier de France
1 rue Jean-Jacques Rousseau - 09600 La Bastide sur l'Hers - France
Tél. : 05 61 03 05 22 ou 06 89 35 86 19 - Mail : jeanpaul@couteaux-tisseyre.com

 

Horaires d'ouverture de la coutellerie d'art :

Atelier boutique, OUVERT SUR RENDEZ-VOUS. Contactez-moi, je m’adapterai à votre disponibilité.
Pour vous assurer de recevoir le meilleur accueil, n'hésitez pas à téléphoner : 06 89 35 86 19
Parking voiture.
Règlements acceptés : Chèque.

Localisation de l'atelier boutique en Ariège :

  • à 30 min de Foix
  • à 20 min du château de Montségur (château cathare à visiter )
  • à 1h30 de Toulouse
  • à 1h de Carcassonne

 

L'atelier de fabrication fait main :

Lors de votre séjour en Ariège, une visite incontournable s’impose : osez sonner à la porte de l’atelier d’Art de la coutellerie Tisseyre, Meilleur Ouvrier de France. Un savoir-faire exceptionnel labellisé Entreprise du Patrimoine vivant depuis 2010. La boutique est située dans un charmant petit village ariégeois près du célèbre château de Montségur, entre Foix et Mirepoix.
Vous découvrirez les diverses créations  de couteaux fabriqués à la main, une gamme très large à partir de 50 € du couteau souvenir au cadeau utile :

Il est possible de commander votre couteau sur mesure. C’est aussi l’occasion de découvrir le métier de coutelier, de demander des conseils pour l'entretien ou d’en profiter pour faire affûter son couteau de poche.

montage-montsegur-profil-cade

Couteau régional Montségur France

+ d'info

montage-berger-corne-jaspee-12c27

Couteau traditionnel de berger

+ d'info

montage-pyrene-gm-belier-xc75

Couteaux de poche pliants

+ d'info

vignette-couteaux-prestige

Couteaux de collection pièces uniques

+ d'info

Visite de la coutellerie durant votre séjour en Ariège, Occitanie :

Mon petit Village en Ariège-Pyrénées : "Et au milieu coule une rivière !"
La Bastide sur l’Hers est un petit village dans la vallée de l’Hers, pays labellisé art et d’histoire en Occitanie.

Le village est proche du célèbre château cathare de Montségur, de la fontaine intermittente de Fontestorbes, du lac de Montbel ou de la station de ski des Monts d’Olmes. Dans un rayon de 60 km, se trouvent la bastide médiévale de Mirepoix, la citée de Carcassonne, le château de Foix, les forges de Pyrène, les grottes préhistoriques du Mas d’Azil, de Lombrives et de Niaux. Il est également à une heure de Toulouse, de la Principauté d’Andorre, du Pas de la Case ou de la mer Méditerranée.

Le village de La Bastide sur l'Hers est niché dans un cadre naturel riche en forêts, en espaces préservés. L’Hers traverse le village, c’est une rivière poissonneuse qui attire bon nombre de pécheurs à la mouche les autres pratiques de pèche. Vous pourrez flâner sur les sentiers de randonnées ou emprunter les chemins pédestres ou le cyclotourisme, via la voie verte récemment aménagée.

En dehors de la coutellerie d'art, vous pourrez aussi apprécier la gastronomie ariégeoise, les savoir-faire métier de l'artisan boucher-charcutier Escot, l'atelier de Reliure de livre Catherine Robin. Son café dynamique est situé au centre du village. Son bureau de Poste est toujours là ainsi que ses nombreux artisans maçons, plombiers, électriciens dont l’un d’eux, Mr Carol est également Meilleur Ouvrier de France. Deux MOF dans un petit village de 700 habitants, c’est rare en France. La Bastide sur l'Hers accueille aussi depuis de nombreuses années l'association La Lausada, maison de retraite coquette et reposante, cabinet d'infirmières, aides à domicile pour le maintien des personnes au village.
coutellerie-la-bastide-sur-l-hers

Un passé riche en métier et savoir-faire :

L’histoire du village de La Bastide sur l’Hers s’est construite autour de l’industrie du jais au XXème Siècle, puis, jusqu’aux années 1980, du peigne en corne.

Quelques années avant la Révolution Française, dans les Pyrénées Ariégeoises, le long de la chaîne du Plantaurel, bon nombre d’ateliers et manufactures dédiés à l’exploitation du jais s’installent dans la vallée de l’Hers, en bordure de la rivière qui fournit l’énergie hydraulique. Le jais, minerai très prisé est un charbon de bois fossilisé avec lequel sont réalisés des bijoux funéraires, boutons et objets de décoration. L’exploitation du minerai constitue une importante source d’activité pour les habitants de la vallée de La Bastide sur l’Hers, jusqu’à la fin du 18ème siècle, période à laquelle les gisements du pied-mont des Pyrénées s’épuisent.

Émerge alors l’industrie du peigne en bois, alimentée principalement par le buis, ainsi que l’alisier et le hêtre. Lorsque les réserves de bois diminuent, le peigne en corne se développe en Ariège. La corne locale, utilisée dans un premier temps, est remplacée dès le milieu du 19ème siècle par la corne importée d’Argentine, du Brésil, du Cap ou de Madagascar. Cette corne est en effet de meilleure qualité. A partir de 1903, elle est acheminée par voie ferrée, jusqu’à la gare de La Bastide sur l’Hers/ Le Peyrat.

La société de négoce SAMP – Société Ariégeoise de Matière Première, créée en 1920 par Baptistin Monié, sélectionne et trie les cornes. Les pointes sont acheminées à Thiers, berceau de la coutellerie, pour la réalisation des manches de couteaux, et à Saint Claude, dans le Jura, pour la fabrication de boutons et de pipes. La partie creuse des cornes alimente l’industrie du peigne en corne de La Bastide sur l’Hers.

Durant le 19ème siècle, le travail de la corne se fait manuellement et mobilise une importante main d’œuvre. La fabrication d’un peigne se fait en effet en quinze étapes, depuis le sciage, où chaque pointe pleine est réservée aux manches de couteaux, jusqu’au polissage, réalisé avec la peau de chamois, qui donne la brillance du peigne. Ce travail est certes pénible, mais le peigne est un produit de grande qualité, assimilé à un produit de luxe. Vers 1930, la production atteint son plus haut niveau.

Avec la seconde guerre, les difficultés d’approvisionnement en cornes ralentissent fortement l’activité.

Les machines seront introduites à la fin des années 1950 ; on trouve notamment, dans la principale usine de La Bastide sur l’Hers, des presses, des raboteuses, des rogneuses, des polisseuses et des ponceuses. Tous les industriels s’équipent pour faire face à la concurrence croissante, concurrence aggravée par l’apparition des matériaux synthétiques, dont le plastic. Par ailleurs, compte tenu de la pénurie d’eau, l’énergie hydraulique est remplacée par l’énergie mécanique.

Malgré ces évolutions, la pénibilité du travail, la baisse de la demande, et le développement de filatures dans le pays d’Olmes, qui débauchent massivement les ouvriers qualifiés du peigne en corne, conduisent au déclin de l’activité à compter des années 1970 ; quelques ateliers de peigne en corne subsistent ; la dernières manufacture Chaussonnet à La Bastide sur l’Hers cessera son activité  fin du XX° siècle. La société Azéma-Bigou à Campredon subsistera jusqu’en 2015.  Seul l’artisan José Da Foncéca fabrique encore de nos jours quelques peignes en cornes dans la vallée de l’Hers à L’Aiguillon.

Le père du coutelier Jean-Paul Tisseyre travaillait à la SAMP, où il sélectionnait et classait les cornes d’ovins et bovins. A la fermeture de l’usine, qui correspond au démarrage de l’activité de Jean-Paul Tisseyre en tant que coutelier d’art, son patron, Monsieur Monié, permet à Monsieur Tisseyre de sélectionner les plus belles cornes ; ce stock permet encore aujourd’hui au coutelier d’art de fabriquer des manches de couteaux avec des cornes de premier choix. C’est aujourd’hui le seul atelier artisanal à travailler la corne pour la fabrication de manches de couteaux à La Bastide sur l’Hers.

Aujourd’hui, la bastide sur l'Hers se tourne vers le  tourisme grâce au village vacances (location de gîtes) et  le bien-être avec la rénovation d'une ancienne friche industrielle pour accueillir des métiers du bien-être.

 

Plan d'accès

Veuillez patienter pendant le chargement de la carte...