Artisan Coutelier d'Art

Coutelier d'art en Ariège, Jean-Paul TISSEYRE est un artisan coutelier, Meilleur Ouvrier de France est installé en Occitanie. Il fabrique artisanalement des couteaux utilitaires, collection, des couteaux d’art. Un artisan coutelier passionné par son métier. Sa coutellerie d'art est labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant, l'excellence du savoir faire Français.

Coutelier artisan d'Art MOF et EPV

Jean-Paul TISSEYRE
Artisan coutelier d'Art
Diplôme de "Un des Meilleurs Ouvriers de France"
Label "Entreprise du Patrimoine Vivant"

Coutellerie d'Art Couteaux Tisseyre
1 rue Jean-Jacques Rousseau
09600 La Bastide sur l'Hers en Ariège Pyrénées France
Tel : 05 61 03 05 22 ou 06 89 35 86 19
Mail : jeanpaul@couteaux-tisseyre.com
Visites sur rendez-vous.

Présentation :
Jean-Paul Tisseyre est un artisan coutelier Ariégeois passionné par son beau métier. Né en Ariège aux pieds des Pyrénées, c’est tout naturellement là qu’il a choisi d’ouvrir son atelier de coutellerie d’art dans son village de La Bastide sur l’Hers. Le coutelier a une autre passion pour la chasse à la bécasse qu’il partage avec bon nombre de clients qui ont comme lui ces deux passions. Jean-Paul TISSEYRE est un artisan coutelier français reconnu dans le monde entier pour la qualité et l’originalité de ses couteaux. Il a su garder sa simplicité, son authenticité.

Le-coutelier-Tisseyre-Jean-Paul-et-Newton

Coutelier par passion

Contrairement à beaucoup de couteliers, je n'ai jamais rêvé de faire ce métier par contre j'ai toujours eu plaisir à fabriquer des couteaux. Cette attirance pour les belles lames a commencé tout jeune. C'est ensuite les rencontres et plus tard les premiers clients qui m'ont poussé à faire de cette passion mon métier : artisan coutelier d'Art.

Mon Histoire :
Issus d’un milieu ouvrier modeste, les trois enfants de la famille Tisseyre sont créatifs. Ils fabriquent tout naturellement dès le plus jeune âge leurs premiers jouets en bois : arcs, flèches, épées, couteaux…
Le jeudi matin, ils sont « embauchés » par le Grand-père. Georges affûte régulièrement pour la famille et les amis du village divers outils tranchants : couteaux, haches, « pugnals » ou autres ciseaux à bois. Alain et Jean-Paul tournent alternativement la manivelle de la vieille meule à eau. Un jour, en regardant affûter son grand-père, Jean-Paul dit tout naturellement : « Ce n’est pas comme ça qu’il faut faire, je te montrerai un jour quand je serai grand». Stupéfait, le grand-père répond : « Tais-toi et tourne la manivelle». La passion pour les lames acérées est certainement née ce jour là.
Plus tard, Jean-Paul montera sur cette vieille meule un moteur électrique. Le grand-père Georges ne le verra malheureusement pas.
Prêt pour l’aventure ! Initié à la chasse par son père à l’âge de quatorze ans, il découvre l’accessoire indispensable à cette pratique, le couteau. Jean-Paul décide de fabriquer le sien. Il écoute son instinct et quelques temps plus tard, le long des sentiers ou au milieu des bois, le jeune Tisseyre arbore fièrement son œuvre : son premier couteau de chasse.
Cette première réalisation en appellera une seconde pour son papa, une troisième pour son frère… La technique s’affine, la passion prend racine, les amis et la famille en réclament !
Plus tard, Jean-Paul Tisseyre obtiendra un diplôme de CAP mécanicien tourneur, fraiseur, ajusteur et un BEP de mécanicien monteur, les bases du métier de coutelier. Il ne lui en faudra pas plus pour réaliser son parcours atypique. Il faudra encore attendre plus de vingt ans avant qu’il ne crée son entreprise de coutellerie d'art. Jean-Paul proposera enfin aux passionnés et aux collectionneurs du monde entier de somptueuses pièces uniques.

Le savoir-faire de l’artisan coutelier :
Se procurer un couteau estampillé Tisseyre, c’est la certitude de posséder une pièce unique. Une oeuvre pour laquelle chaque composant a été pensé, dessiné et entièrement fabriqué par l’artisan coutelier français Jean-Paul Tisseyre. Toujours en recherche d’excellence et d’innovation. Il dépose en 2000 le brevet d’une invention qui intègre le mécanisme de verrouillage dans le talon de la lame. Une première dans l’univers de la coutellerie ! Puis un second brevet est déposé trois ans plus tard.
Entre 1999 et 2008, il est présent aux côtés des plus grands noms de la profession lors des rencontres internationales à Paris, Thiers ou Milan. Il obtient sur ces salons de nombreux prix. Il est élevé au titre de « Maestro » par la guilde Italienne de coutellerie. Jean-Paul Tisseyre rencontre régulièrement les amoureux et les collectionneurs. Ces clients reconnaissent en lui un artisan coutelier créateur et talentueux ; l’un d’eux, Mr Jacques.L, l’encourage à présenter le concours de MOF.
Ainsi, depuis l’obtention de son titre « Un des Meilleurs Ouvriers de France » en 2007, fort de toute cette expérience très enrichissante humainement, il décide en 2008 d’arrêter sa participation aux salons et se lance le défit de faire venir dans son atelier boutique à La Bastide sur l’Hers en Ariège cette clientèle nationale et internationale d’amateurs de couteaux haut de gamme utilitaires ou de collection. Nul besoin d’aller à Milan ou à Paris, Jean-Paul Tisseyre vous accueille dans sa coutellerie d’art en Occitanie tout au long de l’année. Sa notoriété attire bon nombre de passionnés de couteaux à La Bastide sur l’Hers, pour admirer ses créations originales ou pour commander un œuvre particulière sur mesure. Aujourd’hui, nous pouvons dire que le pari est gagné, Jean-Paul peut vivre pleinement de son art et prendre du temps pour son autre passion, la chasse à la bécasse, un luxe. Il est le plus heureux des hommes.

Sur la carte de visite de Jean Paul Tisseyre, figurent deux titres ou labels parmi les plus prestigieux, le « Meilleur Ouvrier de France » et « Entreprise du Patrimoine Vivant ». Membre de la Fédération Française de coutellerie.
Comme Jean-Paul le dit si bien : " Je suis persuadé que chacun de nous est doué pour quelque chose, hélas nous n'avons qu'une vie pour le découvrir " lui, il l'a trouvé.

Créations artisanales Couteaux Tisseyre :

Photo : Pliant Baroudeur Lame RWL34 Manche corne de bélier
rwl34-baroudeur-corne-de-belier

Faire le métier de coutelier

Le métier de coutelier est très attrayant, il intéresse beaucoup de monde, il fascine, c’est un métier d’artiste, une sculpture de créateur d’art. Il y a une forte demande de jeunes pour l’apprentissage. C’est encourageant pour l’avenir de ce vieux métier manuel, pouvoir transmettre un savoir-faire ancestral. La coutellerie Française est en mutation, l’industrie retrouve un second souffle mais il émerge un grand nombre de passionnés qui souhaitent devenir coutelier artisan et monter leur entreprise. Je reçois de nombreuses demandes de formation ou stages de découverte ou perfectionnement auxquelles hélas, je ne peux donner suite actuellement par manque de temps mais également pour des raisons de sécurité car rare sont les ateliers de coutellerie en conformité aux normes Européennes !

Le plus difficile est de s’organiser, un coutelier doit savoir tout faire...

  • L’étude du couteau, le dessin, le prototype, les gabarits de fabrication et autres montages d’usinages qui permettront de réaliser des perçages précis ou usinages complexes.
  • La fabrication, usinage, ajustage, un travail à la lime de précision, trempe, montage, finition. C’est évidemment le plus important s’il s’agit d’un couteau personnalisé commandé.
  • Faire le vendeur ou commercial, faire des photos, une fiche pour le site web, préparer les expositions ou salons.
  • Terminer par le moins passionnant : la comptabilité…

C’est tout cela le métier de coutelier, il faut en prendre conscience car faire un couteau c’est assez facile, à la portée de beaucoup de monde mais le vendre à un prix qui permet de vivre de sa passion et de durer dans le temps c’est bien plus difficile. Très peux de couteliers français y sont parvenus. Il faut trouver un style, un design reconnaissable qui sera sa signature. Ensuite, chacun sa technique : certains la forge, le forgeron façonne l’acier à chaud sur son enclume ou le coutelier mécanicien qui lui, travaille par enlèvement de matière à froid, un travail de précision. C’est la grosse différence, deux techniques, deux écoles mais pour les deux il faudra : Passion, persévérance, exigence, création, professionnalisme !