Artisan coutelier d'Art Meilleur Ouvrier de France (MOF)

Coutellerie d'Art labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV)

Mes diplomes et titres :

1979 : CAP-BEP mécanicien tourneur, fraiseur,ajusteur.

2003 : 2° prix concours au salon international du couteau d'art à Thiers (France)

2003 : Distinction titre de "Maestro" délivré par la guilde Italienne de coutellerie, salon de Milan (Italie)

2004 : 1° prix concours au salon internationnal du couteau d'art à Thiers (France)

2004 : 1° prix au SICAC, salon internationnal du couteau d'art à Paris (France)

2005 : 1° prix concours SEMA départemental Ariège-Pyrénées (France)

2007 : Titre de Un des Meilleurs Ouvriers de France (MOF), diplome d'état (France)

2010 : label Entreprise du Patrimoine vivant (EPV), diplome d'état (France)

                            -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

couteaux-tisseyre

 • Mai 2003 : 2° prix concours au salon internationnal du couteau d'art à Thiers (France)

couteaux-tisseyre

• Mai 2004 : 1° prix concours au salon internationnal du couteau d'art à Thiers (France)

couteaux-tisseyre

• Mai 2004 : 1° prix au SICAC, salon internationnal du couteau d'art à Paris (France)

couteaux-tisseyre

• Novembre 2007 : Knives Show de MILAN (Italie)

couteaux-tisseyre

•  Janvier 2008 :Remise des médailles au Palais de l'Elysée

couteaux-tisseyre

Les quatres lauréats du XXIII° concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France" classe coutellerie.

couteaux-tisseyre

•  Mars 2008 : Salon de la chasse de Rambouillet (France).

couteaux-tisseyre

•  Juin 2009 : Journées nationales des Meilleurs Ouvriers de France à l'Abbaye-Ecole-de-Sorèze 81 (France).

Présentation Concours "Un des meilleurs Ouvriers de France" coutelier :

Ce titre est pour moi merveilleux car inaccessible pour un petit garçon, amoureux de belles lames, par passion puis pas nécessité, autodidacte, au fil des ans se faire respecter pour arriver aujourd’hui à imposer sa technique et son style au plus prestigieux jurys.

couteaux-tisseyre

Oeuvres MOF : Couteaux primés au XXIII° concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France" en 2007, option couteaux de chasse.
Un défi personnel, une grande motivation, beaucoup de labeur et de sacrifice au final, quel bonheur, quelle satisfaction mais surtout la reconnaissance de son travail.
Je souhaite à toute personne de vivre de pareils moments.

"Je suis persuadé que chacun de nous est doué pour quelque chose, hélas nous n'avons qu'une vie pour le découvrir" Tjp

couteaux-tisseyre

L'idée : le dessin de la dague reflète la recherche artistique donnée à cette arme.
Le choix des matériaux, buffle pour le manche et acier RWL34 fini avec un tiré en long très fin, souligne sa sobriété.
L'insertion finale de buffle sur les extrémités du manche apporte une touche de fantaisie.

Couteau fixe longueur 32 cm ; lame de 18.5 cm

couteaux-tisseyre

L'idée : le couteau réalisé répond aux attentes des chasseurs sur le terrain ; mon expérience de chasseur m'a en effet guidé dans l'élaboration de chacun des accessoires. Le manche ergonomique sécurise le couteau dans toutes ses utilisations.
Ce couteau technique, compact (16.5 mm d'épaisseur) est habillé en fibre de carbone, matériau léger, stable, résistant et insensible aux intempéries.
Le couteau présente une grande lame centrale de 12,5 cm à cran d'arrêt (une proéminence sur l'arrière du manche permet de loger la pointe lame fermée). Sur l'arrière les lames casse-croûte et scie sont bloquées par un système centralisé, un ressort unique fait fonctionner ces trois lames. Un crochet à éviscérer, un deuxième pour vider le gibier à plume, servant également de dégorgeoir pour le pécheur sont disposés sur le dos du couteau.

Couteau fermant libre ; multi-lames 5 pièces.

couteaux-tisseyre

L'idée : le couteau multi-pièces, utilitaire et sobre, allie efficacité de l'outil et élégance.
Couteau fermé, seule la grande lame dépasse du manche. Les autres pièces, entièrement intégrées, ne présentent aucune parties en saillie, pour une prise en main confortable.
Pour l'habillage de ce couteau, l'ivoire d'éléphant, matériau solide et noble.
Le couteau dispose à l'avant d'une lame principale de 12,5 cm à cran d'arrêt, à l'arrière d'une lame à éviscérer et d'une scie équipées d'un système de blocage intégré dans le talon; sur le dos sont placés un tire-bouchon à vrilles progressives, un accessoire pour extraire les douilles mal éjectées ou coincées dans le canon.

Couteau fermant imposé 15 cm fermé ; multi-lames 5 pièces

Dossier :

Motivations

Plusieurs motivations m’amènent à présenter le concours « Meilleur Ouvrier de France » :

Réussir le concours permettrait de mettre au premier plan les qualités que j’ai plaisir à privilégier dans mon activité : l’excellence et l’innovation, chères aux connaisseurs.

Etre lauréat du concours représenterait la consécration, dans un domaine professionnel international où la notion d’échelons intermédiaires n’est pas perçue.

Le titre « MOF » récompenserait les clients qui me sont fidèles.

Le titre faciliterait également l’accès au domaine de la formation pour transmettre un savoir-faire.

Trois pièces à présenter :

-          Couteau à lame fixe

-          Couteau fermant impose

-          Couteau fermant libre

Réalisées selon les critères définis dans le dossier de candidature.

Caractéristiques techniques générales des œuvres

Solidité, sécurité et fiabilité, sont les critères qui ont guidé la conception et l’élaboration des trois pièces, pièces destinées à des chasseurs attachés à ces qualités.

Ergonomie et esthétique améliorent ces outils.

Pour obtenir ces critères, la technique d’enlèvement de la matière à froid a été retenue lors de la réalisation des œuvres.

Cette technique nécessite une étude et une planification préalables des étapes de fabrication ainsi que la cotation précise de chaque pièce : la gamme d’usinage détermine la chronologie des différentes étapes.

Cette étude préalable permet de réaliser ces couteaux au fonctionnement souple, solides, équipés de mécanismes précis et sûrs, dans un minimum d’espace.

D’après cette méthode, chacun des blocs du manche est usiné :

- d’un côté pour recevoir les lames et ressorts - un « dégraissage » de 0,05 mm autour des portées permet un fonctionnement plus souple, évitant ainsi tout frottement.

- de l’autre pour recevoir les plaquettes préalablement usinées, qui viennent s’encastrer dans leur emplacement.

L’usinage des pièces est réalisé soit par fraisage soit au pantographe, deux techniques complémentaires, les émoutures sur machine à bandes abrasives, la finition manuellement.

Etape déterminante, le traitement thermique adapté à la nature de l’acier et à son usage s’effectue dans le four électrique ; chaque pièce étant au préalable enveloppée sous vide dans un feuillet en inox pour éviter toute décarburation de l’acier.

Elles sont ensuite rectifiées pour obtenir la cote définie, avec une parfaite planéité.

Les bagues bronze autour desquelles sont montées les lames dépassent de 0,02 mm de celles ci, pour permettre un sertissage ferme et un fonctionnement souple de l’ensemble.

Le choix des aciers :

- les lames principales sont réalisées en RWL 34 pour ses qualités de coupe, sa ténacité et son in oxydabilité.

- les lames auxiliaires sont réalisées en inox 12 C 27 pour sa qualité de coupe et souplesse.

- les ressorts, verrous et autres accessoires sont réalisés en X 40 Cr 13 pour sa flexibilité et son in oxydabilité.

- les carcasses sont en inox Ramax (X30 Cr Mn 17+S) acier prétraité à 110 kg, choisi pour ses qualités d’usinabilité, sa stabilité et sa tenue après usinage.

- les axes d’articulation des lames sont tournés dans les chutes de l’acier utilisé pour la carcasse, pour les rendre imperceptibles.

I - Couteau à lame fixe

Idée :

Le dessin de la dague reflète la recherche artistique donnée à cette arme.

Le choix des matériaux, buffle pour le manche et acier RWL 34 finition poli-glace, souligne sa sobriété.

L’insertion finale de buffle sur les extrémités du manche apporte une touche de fantaisie.

Utilisation :

La lame symétrique profilée à double tranchant est pourvue de quatre gouttières pour l’écoulement du sang.

La double garde, indispensable pour une telle arme, est élégante, confortable et sécurisante.

Le manche effilé présente une proéminence centrale qui assure une meilleure prise et empêche la main de glisser au moment du retrait de la lame suite au coup d’estoc.

Spécificités Techniques :

L’émouture manuelle de la lame, l’usinage des quatre gouttières, ainsi que la garde, sont symétriques ; L’épaisseur progressive de la lame et de la semelle du manche allège le couteau sans compromettre sa solidité.

Chaque palier a été usiné avec une fraise à rayon pour éviter les fragilités et déformations lors du traitement thermique.

La finition manuelle poli-glace donne à l’acier un état de surface qui le protège de la corrosion au contact du sang.

Un soin particulier a été apporté au polissage manuel d’un ensemble composé d’une matière assez tendre, le buffle, et d’un acier trempé extrêmement dur, sur de larges surfaces planes.

II - Couteau fermant imposé

Idée :

Le couteau multi - pièces, utilitaire et sobre, allie efficacité de l’outil et élégance.

Couteau fermé, seule la grande lame et son bouton de déverrouillage dépassent du manche.

Les autres pièces, entièrement intégrées, ne présentent aucune partie en saillie, pour une prise en main confortable lors de l’utilisation principale.

Pour l’habillage de ce couteau, l’ivoire d’éléphant, matériau solide et noble, a été choisie :

- solide, elle permet un usinage complexe et précis, en réduisant l’épaisseur des plaquettes.

- noble, elle renforce l’harmonie de ce couteau sobre.

Utilisation :

La lame centrale, solide et utilitaire, peut servir les grands animaux ; elle est sécurisée par le mécanisme cran d’arrêt à pompe et la double garde.

Les lames à éviscérer et scie, positionnées de chaque côté de la lame principale, sont maintenues fermées par la bille sertie sur le ressort plat ; elle vient se loger dans la cavité réalisée dans la lame.

Une simple poussée en rotation sur la bascule située dans le talon des lames permet leur ouverture ; leur blocage en position ouverte est automatique.

Une pression vers l’avant sur la même bascule libère l’axe d’arrêt, déverrouillant ainsi les lames : leur fermeture est alors autorisée.

En position ouverte, ces lames ont une inclinaison de 17° pour une meilleure efficacité du geste ; le poignet trouve naturellement une position confortable.

Le tire-bouchon est logé sur le dos du couteau ; grâce à la largeur progressive des vrilles, il est plus facile de planter le tire-bouchon, et d’extraire le bouchon.

L’accessoire disposé symétriquement au tire-bouchon permet d’extraire les douilles mal éjectées de la culasse ou coincées dans le canon (le chasseur utilise généralement pour cela la lame de son couteau, au risque de l’abîmer, ainsi que la mécanique de l’arme

Spécificités techniques :

Le manche, taillé dans deux carcasses d’acier, intègre la double garde.

Deux bagues téflon sont insérées dans un logement réalisé dans les carcasses ; ces bagues affleurantes adoucissent la manœuvre de la lame centrale.

Le recul de l’axe des lames auxiliaires est étudié de façon à permettre la réalisation de la grande lame symétrique.

Fixée à l’axe, l’entretoise fait office de ressort pour le fonctionnement de la lame principale.

Elle fait également office de platine pour les deux lames latérales, permettant de réduire ainsi l’épaisseur du couteau.

Ces deux lames latérales sont équipées d’un dispositif de blocage intégré dans leur talon. Ce dispositif simple se compose d’un verrou pivotant logé dans un emplacement préalablement usiné et d’un ressort à compression qui permet son fonctionnement. Ce dispositif libère un espace pour loger le tire-bouchon, l’extracteur, ainsi que leur ressort de fonctionnement.

La lame scie possède une denture progressive qui facilite l’amorçage pour découper précisément branches ou os.

Le tire-bouchon présente des vrilles d’épaisseur progressive pour une meilleure pénétration, pour expanser le bouchon à la base et faciliter l’extraction.

III - Couteau fermant libre

Idée

Le couteau réalisé répond aux attentes des chasseurs sur le terrain ; mon expérience de chasseur m’a en effet guidé dans l’élaboration de chacun des accessoires.

Ce couteau technique, compact, est habillé en fibre de carbone, matériau léger, stable, résistant, et insensible aux intempéries.

Utilisation :

La carcasse est fine ; l’inox Ramax lui donne le poids nécessaire à l’équilibre du couteau lorsque la grande lame est ouverte.

La grande lame, longue, puissante, à la pointe ré-haussée et pénétrante, est conçue pour servir les grands animaux et les dépouiller ; elle est également étudiée pour l’usage « couteau de camp ». Elle est sécurisée par un cran d’arrêt à pompe et par l’ergonomie du manche.

La lame latérale est complémentaire à la lame centrale ; sa courbure esthétique dans le prolongement du manche est utilitaire : elle apporte de l’aisance pour servir lors du casse croûte.

La pointe de l’arête tranchante légèrement inclinée vers l’avant est conçue de façon à présenter un unique point de contact lors d’une utilisation sur matière dure, ce qui préserve le reste du tranchant.

La lame scie présente la même forme que la précédente par souci d’esthétique mais surtout d’efficacité : sa courbure rend l’outil plus performant, sa denture progressive facilite l’entame.

De plus, l’importante dépouille convexe qui caractérise cette lame optimise son efficacité.

Ces deux lames latérales sont sécurisées par le même mécanisme centralisé et par l’ergonomie du manche.

Le crochet à éviscérer se positionne sur l’arrière du manche avec un angle très ouvert, qui le dégage de l’animal pendu par les pattes arrières, optimisant la prise en main pour ce travail.

Le crochet à vider le gibier à plumes est articulé sur le même axe : la rainure à son extrémité en fait un dégorgeoir, pour les chasseurs qui pratiquent également la pêche.

Spécificités techniques :

Cinq outils sont articulés dans le manche compact d’une épaisseur réduite à 16,5 mm.

Le manche est ergonomique, étudié pour sécuriser le couteau dans tous ses usages et permettre une prise en main confortable dans toutes ses utilisations.

La courbure du couteau et le déport de l’axe de pivot des lames latérales ont permis de réaliser la grande lame surdimensionnée ; la proéminence sur l’arrière de la cloison centrale permet de loger la pointe de la lame sans alourdir la silhouette.

La lame centrale est articulée autour d’une bague bronze maintenue entre deux platines de 1,2 mm d’épaisseur réalisées en X 20 Cr 13 trempé et « dégraissées » de 0,05 mm.

Un ressort central unique fait fonctionner les trois lames principales du couteau.

En pression d’un côté sur la pompe de la grande lame, il permet de la verrouiller ouverte et de la rappeler pour la maintenir fermée.

Il est en pression de l’autre côté sur le verrou central qui assure le maintien et le blocage des deux lames latérales.

Sur ce verrou est emmanché en force un axe de 2,5 mm trempé, qui dépasse de chaque côté et verrouille indépendamment l’une des deux lames tout en maintenant l’autre fermée. Ce système, concentré dans la cloison centrale du manche, crée de chaque côté un espace utilisé pour loger les deux accessoires dorsaux et leur ressort de fonctionnement.

La lame scie présente une denture progressive et une dépouille latérale prononcée ; deux opérations qui, réalisées sur une arête convexe, ont nécessité un soin particulier.

Après ces étapes successives, rigoureuses, le montage final par rivets sertis, apporte une conclusion en apparence simple qui soulignetoute l’importance de l’étude préalable et de la précision apportée à la réalisation de chaque pièce.

Dossier n° 09001

Candidature groupe XIV : Métiers des Techniques de Précision

Classe I : coutellerie

Option 2 : fabriquant de couteaux de chasse

Le label Entreprise du Patrimoine vivant (EPV) :

Label d’état créé en 2005 attribué aux entreprises artisanales et industrielles françaises détenant un savoir faire d’excellence reposant sur une technique traditionnelle ancestrale ou une haute technologie innovante qui valorisent un territoire.

Ce label est décerné par le ministre de l’Économie et de l'Industrie pour une période de cinq ans, renouvelable sur demande.

L’attribution de ce label souligne le travail de qualité engagé par l’entreprise Couteaux Tisseyre tant sur l’attention apportée à la réalisation de ces couteaux, du service après vente ainsi qu’à l’accueil et aux conseils personnalisés dont chaque client bénéficiera.

L’entreprise est reconnue pour la qualité des couteaux qu’elle réalise, ses innovations techniques qui nécessitent un matériel spécifique pour permettre la réaliser d’usinages précis. Une finition manuelle, minutieuse et soignée garanti la qualité de chaque couteau mis à la vente en ligne ou à la boutique.

Les couteaux traditionnels relèvent d’un savoir-faire ancestral transmis de génération à générations dans les Pyrénées Ariégeoises que l’entreprise s’efforce de perpétuer.


Mes références - couteaux tisseyre

coutelier MOF (un des Meilleurs Ouvriers de France), entreprise de coutellerie d'art Couteaux Tisseyre labellisée EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant)

artisan coutelier est un art

Je fabrique pour votre plus grand plaisir, des couteaux utilitaires ou de collection. Du bel ouvrage : plus qu'un couteau artisanal, une œuvre d'art. En rubrique "Créations Tisseyre", je vous présente mes nouveautés, des couteaux artisanal originaux et uniques réalisés dans les plus beaux matériaux. Mes couteaux de series sont réalisés artisanalement.

artisan coutelier d'art tisseyre

mes couteaux d'art, pliants, couteaux de chasse.

coutelier meilleur ouvrier de france,coutellerie entreprise du patrimoine vivant,coutelier MOF, coutellerie EPV couteaux

Création de couteaux d'art artisanal pliant ou de chasse. Le couteau artisanal de poche régional " Montségur "